Priorité à une « Patrie juive » sur les sauvetages. 1943-1944

Cette priorité donnée par la majorité sioniste américaine n’a-t-elle pas contribué à l’abandon des Juifs européens ? Ces Juifs qui devaient peupler la nouvelle Patrie.

Abba Hillel Silver, co-président de l’American Zionist Emergency Committee (AZEC), affirmait en août 1943 : « Il n’y a qu’une seule solution pour nos réfugiés, (…) c’est une patrie (…). Si nous abandonnons notre revendication nationale et historique sur la Palestine et que nous comptons seulement sur un appel philanthropique pour les réfugiés, nous perdrons tout et violerons les espoirs historiques de notre peuple ».[1]

Le juge Joseph Proskauer, président de l’American Jewish Committee (AJC), répondit : « Personne n’espère avoir un Etat juif maintenant, personne ne le désire aujourd’hui. (…) Il y a ceux qui ne se sont pas identifiés au sionisme, mais veulent aider à construire la Palestine, et pourtant pensent que ce serait une grave erreur de demander la création d’un Etat actuellement ».[2]

L’American Jewish Conference, qui se tint au Waldorf Astoria à New-York du 29 août au 2 septembre 1943, réunissait 65 organisations juives représentées par 500 délégués parlant au nom de 2 275 000 Juifs.[3] Elle fut la plus importante manifestation unitaire juive de la guerre. Mais la confrontation entre Proskauer et Silver signifia l’échec de ce rassemblement national des forces vives juives. Ce fut un succès sioniste, certes, car une majorité écrasante des délégués vota une motion donnant la priorité à la création d’une patrie juive. Mais ce fut une faillite du mouvement unitaire, avec le départ quelques semaines plus tard de l’American Jewish Committee et du Jewish Labor Committee. La tentative d’un front uni juif avait échoué.[4] Les vieilles animosités entre sionistes et non-sionistes se rallumèrent, mais avaient-elles jamais cessé ?

Les sionistes avaient limité la conférence à deux sujets : le futur de la Palestine et la reconstruction après la guerre des communautés juives européennes. Les organisateurs de la conférence n’acceptèrent d’ajouter à l’ordre du jour la question du sauvetage qu’à la suite de pressions.[5] Elle ne fut abordée que marginalement, malgré l’intervention qui resta discrète d’un sioniste minoritaire, Robert Goldman. En faveur d’une politique de compromis, il rappela que « si le projet à long terme que nous désirons réaliser interfère avec la solution de nos problèmes immédiats (…), vous n’avez pas le droit de donner la priorité à un tel projet (la création d’une patrie en Palestine), s’il a pour effet la perte de milliers, de centaines de milliers de Juifs, qui sans cela auraient pu être sauvés pendant les quelques années à venir ».[6]

Cette priorité absolue donnée à la constitution d’une patrie juive en Palestine s’intégrait dans une stricte logique sioniste. Le programme de la conférence sioniste de l’hôtel Biltmore en mai 1942 avait déjà décidé à l’unanimité la création immédiate d’une patrie juive comme étant son but majeur. Silver y déclara : « L’ultime solution au problème juif doit être proclamée et cette solution ultime, c’est l’établissement d’une nation juive en Palestine ».[7]

Nahum Goldmann, l’un des dirigeants du Congrès juif mondial et de l’Agence juive, situait parfaitement la position sioniste. Il estimait que si les sionistes voulaient organiser une attaque massive contre le Livre blanc anglais sur la Palestine, ils devaient cesser de manifester contre les massacres juifs en Europe. Il expliquait qu’avec les ressources financières limitées des sionistes il était impossible de conduire les deux campagnes simultanément. Il était maintenant nécessaire, comme Abba Hillel Silver l’avait proposé au Biltmore, « de mettre l’accent sur la priorité du programme sioniste par rapport à la question des réfugiés ».[8]

Doit-on reprocher aux leaders sionistes de s’être trop consacrés à la lutte pour un Etat juif, délaissant les opérations de sauvetage ? s’interroge Gerhart Riegner. Non, estime-t-il, car ce serait confondre la cause et l’effet.[9]  Les Juifs avaient perdu tout espoir de sauver leurs coreligionnaires, écrivait un éditorialiste sioniste en septembre 1943. « C’est pendant les premiers mois de cette année (…) que tous nos cris et tous nos appels pour des mesures de sauvetage de vie se brisèrent sur le mur de l’indifférence jusqu’à ce que nous commencions à étouffer dans la sinistre conviction que nous étions impuissants. Ce fut l’année de l’infini, du puits sans fond, de l’impuissance totale. »[10] Que peuvent faire les Juifs dans ces conditions ? Et un périodique sioniste de donner la réponse : « montrer leur unité au sein de l’American Jewish Conference et demander les droits des Juifs en Palestine après la guerre ».[11]

Pour les sionistes, l’échec de la création d’un Etat juif aurait été criminel, car ils étaient sûrs que cela condamnerait les générations futures à la souffrance et à la mort.[12] Pour l’historien Henry Feingold, on est ici face à un paradoxe. « Alors que l’Holocauste créait un consensus et une raison irrésistible pour la création d’une patrie juive, il détruisait dans le même temps la population qui devait occuper cette patrie. »[13] Chaim Weizmann, président de l’Organisation sioniste mondiale, ne disait pas autre chose. Pour lui, les chambres à gaz menaçaient de résoudre à leur manière le problème de l’immigration en Palestine. « D’où viendront les millions de Juifs qui doivent peupler la patrie juive en Palestine ? » demandait-il.[14] Moins radical que Silver, Stephen Wise, président de l’American Jewish Congress, multiplia les appels en faveur du sauvetage des Juifs d’Europe. Ceux-ci contribuèrent à sensibiliser le public américain sans toutefois déboucher sur des résultats tangibles.

Copyright Marc-André Charguéraud. Genève. 2021.

[1] Kranzler, op. cit., p. 7. Pendant de l’American Jewish Conference d’août 1943.

[2] Ibid. op. cit., p. 7.

[3] Berman, op. cit., p. 111.

[4] Hilberg 1988, op. cit., p. 971. L’AJC quitte l’American Jewish Conference le 17 octobre 1943.

[5] Berman, op. cit., p. 111.

[6] Ibid. p. 115. Goldmann représentait l’Union of American Hebrew Congregations.

[7] Ibid. p. 89.

[8] Ibid. p. 106.

[9] Riegner 1998, op. cit., p. 105.

[10] Braham 1985, op. cit., p. 20.

[11] Ibid. p. 17. Article publié en juin 1943 dans un périodique sioniste.

[12] Berman, op. cit., p. 14.

[13] Feingold 1995, op. cit., p. 37.

[14] Berman, op. cit., p. 107.