Grande Bretagne : «Tous sauf les Juifs» 1945-1948

En 1945, après la victoire, pour se relever, la Grande-Bretagne manque d’un grand nombre de travailleurs, particulièrement dans le secteur des travaux domestiques, de l’exploitation du charbon, de l’agriculture et de l’industrie textile. Contrairement à Washington, Londres n’a pu démobiliser que très lentement son armée. Son maintien en activité à grands frais (12,5% du PNB) est jugé vital pour surmonter les crises politiques en Grèce, Italie, Palestine, Inde et Extrême-Orient.[1]

Pour combler ce déficit de main d’œuvre, Londres admet 130 000 militaires polonais de l’armée Anders. [2] Commentant cette décision, le London Observer écrit : « La gloire de l’uniforme est apparemment incomparablement plus importante que le martyre des Juifs. »[3]  En 1947, le gouvernement recrute100 000 travailleurs parmi les personnes déplacées, c’est l’European Volontary Workers Scheme. 93 000 personnes arrivent, et parmi elles, aussi stupéfiant que cela puisse paraître, figurent 10 000 anciens soldats de la Waffen SS. Il ne s’agit pas du résultat d’une négligence. L’administration et les politiciens savent parfaitement ce qu’ils font.[4]

Ce refus systématique de l’arrivée de Juifs, qui représentent 20% de la population des camps de Personnes Déplacées ( DP) est révoltant. Deux extraits de rapports de mars et d’avril 1947 par de hauts responsables britanniques en Autriche illustrent cette politique : « Il nous semble plus simple et plus efficace de recruter les personnes déplacées sans prendre la nationalité en compte, sauf que nous devons exclure les Juifs… du fait de l’opposition de l’opinion publique chez nous. » L’autre rapport est encore plus succinct dans son attitude négative : « La situation en Palestine et l’antisémitisme nous empêchent sans hésitation de recruter des Juifs. »[5]

L’antisémitisme prend un tour violent à la suite de l’attentat de l’hôtel King David de Jérusalem.[6] Pour Ernest Bevin, ministre britannique des Affaires étrangères, l’antisémitisme n’a jamais été aussi fort qu’en cet été 1946. « Les parents des soldats qui sont en Palestine dans des conditions de grand danger …s’estiment maltraités par les Juifs. La destruction de l’hôtel King David brûle profondément dans le cœur du peuple anglais… Le sentiment en Grande-Bretagne, c’est que les Juifs ont déclaré la guerre. »[7] Une année plus tard la situation s’envenime gravement. Le 30 juillet 1947, deux sergents britanniques sont pendus en représailles de la pendaison de trois membres de l’Irgoun, l’organisation terroriste juive de Menahem Begin .

Des émeutes antijuives, les plus importantes dans l’histoire moderne de la Grande-Bretagne, prennent place les jours qui suivent. A Liverpool, Manchester, Salford, Glasgow, dans l’Est de Londres et dans d’autres villes, des boutiques et des maisons juives sont détruites, des synagogues vandalisées, des cimetières juifs désacralisés, des Juifs molestés.[8] Des journaux auront beau les condamner, de tels excès restent déshonorants pour un pays qui a combattu le III° Reich avec tant de courage et de sacrifices. Rien ne peut justifier de tels événements, pas même les actes de terrorisme antibritanniques en Palestine, ou le dépôt de bombes par l’Irgoun dans plusieurs postes militaires britanniques en Autriche.[9]

Des représentants de la communauté juive anglaise expriment leur consternation : « Même les observateurs les plus cyniques et les plus pessimistes n’auraient pu imaginer que l’Angleterre serait balayée par des accès d’antisémitisme aussi brutaux que ceux dont nous avons été témoins au cours des douze derniers mois (1946-1947) »[10]. Déjà en novembre 1945 dans un mémorandum présenté au Cabinet, le ministre de l’Intérieur J. Chuter Ede décrivait sa politique d’exclusion des Juifs. Il conclut que « l’admission de nouveaux groupes de réfugiés, dont de nombreux seraient juifs, pourrait provoquer de fortes réactions de certains segments de l’opinion publique. Il y a aussi le risque d’une vague de sentiments antisémites dans ce pays. »[11] De son côté, dès mars 1946 le Jewish Chronicle de Londres écrivait en mars 1946 : « Un des phénomènes les plus étonnants de notre époque est que le martyre juif, au lieu d’attirer la sympathie et la réparation universelle, a provoqué une nouvelle avalanche de sentiments antijuifs. »[12]

L’eugénisme et le racisme sont malheureusement très présents dans l’Angleterre de l’après-guerre. On peut par exemple lire dans un premier rapport de la Commission royale sur la population présenté début 1945 : « L’immigration en masse dans une société aussi établie que la nôtre ne peut être bienvenue sans réserve que si les immigrants sont de bonne facture humaine, et ne sont pas empêchés par leur religion ou leur race de se marier avec la population locale et de s’assimiler à elle. »[13] Le mot « juif » n’est pas prononcé, mais lorsque l’on parle de sélection par la race et la religion, l’antisémitisme n’est pas loin. Et la Commission d’ajouter : « Une sélection minutieuse des immigrants pourra éliminer les déficients mentaux, les personnes avec des désordres mentaux, ou des défauts de naissance ainsi que ceux qui sont socialement inadaptés. »[14] On ne peut décrire une politique eugénique de manière plus précise et plus complète. Lorsque l’on lit les rapports des médecins, des travailleurs sociaux, des psychologues qui ont travaillé dans les camps de DP Juifs, il faut hélas conclure que ces restrictions s’appliquent à eux d’une façon ou de l’autre. Presque tous ont subi de telles horreurs qu’ils présentent des « désordres mentaux » et qu’il leur faudra quelque temps pour être de nouveau « socialement adaptés. »

La politique de la Grande-Bretagne se résume à un double refus à l’arrivée des Juifs. D’abord « pour ce qu’ils sont » : leur race, leur religion, leur comportement. Ensuite « par ce qu’ils font », leur désir d’aller en Palestine et la nécessité pour eux de s’opposer violemment aux Anglais qui les en empêchent. Dans ces conditions, il n’est malheureusement pas étonnant qu’entre 1945 et 1948 seuls quelques milliers de Juifs ont été admis en Grande-Bretagne. 2000 au titre d’un programme lancé en 1945, dit « des familles en détresse », auxquels s’ajoutent quelques centaines de survivants.[15]

[1] CESARINI David, éd., Justice Delayed, Phoenix Press, Londres, 2001, p. 4 et 67.

[2] Armée Anders. Armée polonaise constituée de réfugiés polonais en URSS.

[3] WARHAFTIG Zorach, Uprooted, Jewish Refugees and Displaced Persons After Liberation .  Institute of Jewish Affairs of The American Jewish Congress and World Jewish Congress, New York, 1946, p. 189.

[4] CESARINI, op. cit. p. 4 et 134.

[5] Ibid. p. 79. Les auteurs de ces rapports sont le Major général Winterton, commandant en second de la zone d’occupation anglaise, et W.R.Iley, directeur de l’administration de cette même zone.

[6] 91 morts dont 28 Britanniques.

[7] OVERDALE Ritchie, Britain, the United States and the Transfert of Power in the Middle East, 1945-1962, Leceister University Press, Londres, 1996, p. 159.

[8] CESARINI, op. cit. p. 167.

[9] WASSERSTEIN Bernard, Les Juifs d’Europe depuis 1945, Calmann Lévy, Paris, 2000. p. 106.

[10] Ibid. p. 108.

[11] CESARINI op. cit, p. 77.

[12] MATARD-BONUCCI Marie-Anne éd., La libération des camps et le retour des déportés, Editions Complexes, Bruxelles, 1995, p. 246.

[13] Ibid 1990, p. 70. La Commission a été mise en place en 1944 et a remis son rapport définitif en 1949.

[14] Ibid. p. 71.

[15] Ibid. p. 80.